Archive de la catégorie ‘Chapitre 2’

Chapitre 2

Mercredi 20 août 2008

-J’ai passé sans doute trop de temps dans ce monde pour voir la pluie et le beau temps dévaler les pentes de ma montagne de vie, mais sans doute pas assez pour connaitre l’amour. Malheureusement le temps, à mon avis, sera trop court pour que je puisse connaitre l’enivrante sensation décrite dans ces bouquins à l’eau de rose, que ma mère lisait quand j’étais gosse, se dit-il en observant la tasse de café encore vide qui lui faisait face.
Plongé dans ses pensées absurdes et pourtant si concrètes vu sa vie, il ne connaitrait sans doute jamais la joie d’être père ou même grand père, les nuits sans fin à cause des premières dents ou encore du stress des premiers jours d’école de ses enfants.
Un : « Je vous sers quelque chose ? Un café peut être ? » Avec une voie si exquise et donnant l’impression de venir de nul par, le sorti de son avenir terne et irréel. Ses yeux se relevèrent doucement, il aperçu une paire de basket classique et blanche, puis une jupe noire arrivant juste au dessus des genoux, un chemisier blanc un peu trop large et enfin un visage ravagé par la lourdeur des années, une haleine vous faisant fumer un paquet de cigarettes rien qu’en la respirant et un sourire inexistant.
« Josiane » était marqué en grand sur un badge, c’était son prénom à cette sorcière qu’on aurait cru voir sortir tout droit d’un vieux conte pour enfants.
- Josie ! S’écriait une voie sortie de la cuisine arrière. Deux fois, trois fois, ça faisait peur à entendre et encore pire a voir.
Derrière le comptoir, un type énorme, à la façon bonhomme Michelin, était occupé à griller des tranches de lard et à cuire en alternance des œufs sur le plat.
- Alors Josie, c’est pour aujourd’hui ou pour demain ? Les clients vont bientôt devoir venir se servir eux même si ça continue !
- Bon écoute mon chou, dit-elle à Lévad, tu comptes rêver pendant encore longtemps ? Parce que tu n’es pas le seul ici !
- Euh, et bien, écouter, je vais juste prendre une tasse de café et un beignet à la confiture s’il vous plait.
Se retournant pour aller retourner à ses occupations, Josiane marmonnait : Ça valait la peine d’attendre aussi longtemps pour ça !
Lévad, entendit mais ne pris pas attention. Après qu’elle ait apporté sa commande, il se plongeât dans la noirceur de son café, croqua dans son beignet qui devait dater d’au moins trois jours et s’évanouit à nouveau dans ses pensées.

Aava ouvrit un œil, puis l’autre. Aveuglée par le soleil et assourdie par le bruit insupportable du réveil qui sonnait déjà depuis un petit temps, elle pria le ciel de lui donner enfin un jour de congé. Elle ouvrit à nouveau un œil, regarda furtivement le réveil qu’elle venait d’éteindre et se leva.
Aller ma vieille, direction la douche ! Dit-elle tout haut.
L’eau glissait sur son corps comme du velours, les courbes de ses hanches étaient magnifiques et dévoilaient plus bas, des jambes infiniment longues ainsi que des pieds très fins. Ses longs cheveux bruns tombant sur ses seins, laissaient deviner une forme parfaite, ni trop gros, ni trop petit.
Sortie de sa douche, ses grands yeux noisette se reflétaient dans le miroir et ses lèvres naturellement pulpeuses feraient sans doute envie à beaucoup d’hommes aujourd’hui, comme tous les autres jours d’ailleurs.
Habillée, maquillée et parfumée, elle sorti de chez elle, sauta dans le premier bus et disparu au loin.